Publié le 26 Février 2016

Affronter la peur de l'inconnu
est le deuxième grand thème de notre troisième module.
Nous vous proposons ici un texte issu d'une discussion

de Jiddu Krishnamurti.

 

"Ayant peur de la mort, nous allons voir des médecins, nous essayons de nouveaux médicaments, de nouvelles drogues, et il se peut que, ce faisant, nous vivions vingt ou trente ans de plus. Mais elle est là, inévitablement, elle nous attend au tournant. Et affronter ce fait - l'affronter, pas simplement y penser - réclame un esprit qui soit mort au passé, un esprit qui soit en fait dans l'état de ne pas savoir. Dès l'instant ou vous pensez en termes d'espoir et de désespoir, vous êtes de nouveau dans le domaine du temps, de la peur. Passer par cette expérience très étrange de mourir, non au moment ultime de la mort physique quand on devient inconscient, que l'esprit est embrumé, rendu stupide par la maladie, les médicaments ou un accident, mais mourir en pleine conscience à tout les « hier », avec toute sa vitalité et en pleine conscience : cela crée certainement un esprit qui est dans l'état de non savoir, et de ce fait un état de méditation.

Si on vous pose une question à propos de laquelle vous ne savez rien du tout, de sorte que vous n'avez pas de références en mémoire, et si vous êtes capable de répondre honnêtement que vous ne savez pas, alors, cet état de ne pas savoir est le premier pas d'une recherche réelle dans le domaine de l'inconnu.

Par conséquent, si je vois la vérité de cela et si je mets vraiment de côté toutes les réponses, ce que je ne peux faire que quand il y a l'immense humilité de ne pas savoir, alors, quel est l'état de l'esprit ? Quel est l'état de l'esprit qui dit « je ne sais pas s'il existe un Dieu, s'il existe l'amour ». C'est-à-dire, quand il n'y a pas de réaction de la mémoire . Cet état dans lequel l'esprit dit « Je ne sais pas » n'est pas un état de négation. L'esprit a totalement cessé de chercher, il a cessé tout mouvement, car il voit que tout mouvement visant à sortir du connu pour aller vers ce qu'on appelle l'inconnu n'est qu'une projection à partir du connu. Donc l'état de l'esprit qui est capable de dire « je ne sais pas » est le seul état dans lequel on puisse découvrir quelque chose . L'homme qui dit « Je sais », dont l'esprit est chargé d'informations avec des connaissances encyclopédiques peut-il jamais faire l'expérience de quelque chose qui ne doit pas être accumulé ? Il trouvera cela extrêmement dur. Quand l'esprit met totalement de coté toutes les connaissances qu'il a acquises, quand pour lui il n'y a pas de Bouddha, pas de Christ, pas de maître, pas d'enseignant, pas de religion, pas de citation, quand l'esprit est complètement seul, non contaminé, ce qui veut dire que le mouvement du connu a cessé, c'est alors seulement qu'il y a la possibilité d'un changement fondamental et d'une prodigieuse révolution."

Extrait d'une Causerie à Ojai, le 29 mai 1960 - Jiddu Krishnamurti.
 

Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 0

Publié le 9 Février 2016

 

Pour illustrer ce que représente l'engagement,
un des thèmes de notre troisième module,
nous vous proposons ici un texte de W.H Murray,
montagnard et écrivain écossais :

« Tant que vous ne vous engagez pas, il y a hésitation, la possibilité de se rétracter demeure et l’inefficacité domine. En ce qui concerne tous les actes d’initiatives et de création, il est une vérité élémentaire dont l’ignorance élimine d'innombrables idées et fait avorter des projets splendides : Dès le moment où l’on s’engage pleinement, la providence se met également en marche. Pour vous aider, se mettent en oeuvre toutes sortes de choses, qui sinon n’auraient jamais eu lieu. Tout un flot d’évènements découlent de cette décision, créant en votre faveur toutes sortes d’incidents imprévus, des rencontres et des aides matérielles que vous n’auriez jamais rêvé de voir sur votre chemin. J'ai acquis un respect profond pour un des couplets de Goethe : "Quoi que vous puissiez faire ou rêver, vous pouvez le faire, commencez. L'audace a du génie, de la puissance et de la magie." »

W.H Murray      
("The Scottish Himalayan Expedition" - 1951).

 

  Cet engagement, qui nécessite d'appliquer votre volonté, vous y êtes confronté dès vos premiers exercices de yoga. Vous vous engagez pour aller jusqu'au bout de l'exercice, puis pour aller jusqu'au bout de la série. Ensuite, vous vous engagez pour réitérer l'expérience. Les bienfaits de cet engagement, décrits ici par Goethe, vous en bénéficiez à travers un simple exercice de yoga kundalini, comme à travers votre pratique sur le long terme. Cet engagement est toujours le même face aux grands changements que vous désirez mettre en place dans votre vie. C'est un magnifique cercle vertueux : votre engagement de départ vous aide à maintenir ce même engagement.

  Dans votre vie quotidienne, vous passez beaucoup de temps et d'énergie à exercer votre volonté vers l'extérieur. Votre vie familiale, votre travail, vos relations, nécessitent beaucoup d'efforts de votre part. Mais lorsqu'il s'agit de vous occuper de vous-mêmes, la volonté vous fait souvent défaut. Vous sentez avoir besoin de repos, et vous occupez de vous se résume souvent par  vous relâcher, ne plus faire aucun effort, et rechercher un plaisir instantané.
 Si le repos est nécessaire, il est également évident que votre être a aussi besoin d'action. Vous avez besoin de ressentir profondément votre capacité à vous engager envers vous-même, afin de gagner une grande confiance en vous, en votre stabilité, en votre solidité, en votre fiabilité envers vous-même. Exercer votre volonté pour vous-même, vous aide à prendre conscience que cette volonté vous est directement utile, et que vous êtes capable de la mobiliser et de la rendre efficace aux moments où vous en aurez besoin.

 

Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 0

Publié le 18 Novembre 2015

 

Peu de personnes savent respirer pleinement car c'est une pratique que l'on considère comme naturelle et que l'on n'apprend pas, mais beaucoup de gens respirent très mal et ne s'en rendent pas compte.

Le stress et la pression, que notre rythme de vie nous impose, développent en nous de manière inconsciente une respiration courte, peu profonde, parfois coupée (apnée), en tout cas qui ne nous permet pas de disposer pleinement de cette "alimentation" ultra essentielle à notre corps, que l'on appelle "prana" ou "énergie".

Voici une méthode simple et rapide pour vous permettre tout d'abord de mieux prendre conscience de votre respiration et, avec un peu de pratique, de la développer à son potentiel maximum.

Bon visionnage et bonne pratique ! Sat nam !

Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2015

Si vous manquez d'énergie, si vous êtes souvent sujet à tomber malade,
si vous avez des problèmes d'attention ou des problèmes d'addiction,
ou bien si vous sentez simplement le besoin de gagner en vitalité,
la respiration du feu peut vraiment vous aider.

Cette respiration, appelée aussi Kapalabhati ou Agni Pran,
amène beaucoup de chaleur et génère une grande énergie.

Wahe Guru !

Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 0

Publié le 25 Février 2015

  ELODIE : 06.07.43.69.75

  BRICE : 06.14.90.83.29

email : elodiebrice@ecoasis66.com

 

  r_cabine_telephonique_2065704293.jpg

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 0