Publié le 4 Août 2016

Bobby McFerrin nous fait une belle et simple démonstration : la gamme pentatonique est quasiment naturelle chez l'homme, elle sort intuitivement.
Ce type de gamme se retrouve dans énormément de musiques traditionnelles à travers le monde; c'est celle qui est utilisée dans le blues. Mais au-delà de ça, Bobby McFerrin nous montre ici, à l'occasion du "World Science Festival", que nous sentons intuitivement cet agencement de notes. Nous n'avons pas besoin de l'avoir formellement appris. Il témoigne également d'avoir observé l'expérience qu'il propose, avec le même résultat partout dans le monde.
Si vous pensez que vous ne savez ou que vous ne pouvez pas chanter, ou bien que le fait de ne pas avoir appris la musique vous met dans l'incapacité d'en faire, cette expérience vous montre que la musique se ressent avant tout. Ce sont principalement des limitations mentales qui vous empêchent de vous exprimer à travers la musique. Ce langage universel fait partie de notre inconscient collectif. Bobby McFerrin sait mettre son audience à l'aise, et la guider pour que la plupart des personnes soient en connection avec la musique qui est en elles.

Pour activer les sous-titres de cette vidéo,
cliquez sur "CC" en bas à droite, et sélectionnez "Français".

- Bobby McFerrin est auteur, compositeur et chanteur.
On lui doit le célèbre "Don't worry, be happy", mais il a fait bien d'autres choses depuis lors.

- Si vous désirez voir l'ensemble de cette conférence (en anglais non sous-titré), intitulée "Notes and neurons : In seacrh of the common chorus", suivez ce lien :
https://youtu.be/S0kCUss0g9Q
 

Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 0

Publié le 29 Juillet 2016

Une magnifique démonstration sur la non dualité !


Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 0

Publié le 20 Juillet 2016

La vidéo est en anglais, les sous-titres aussi, mais le discours est simple, et assez court...

Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 0

Publié le 11 Juillet 2016

Pour activer les sous-titres, cliquez en bas à droite de la vidéo, la première icône à gauche,
puis la seconde icône (la roue crantée) pour choisir la langue dans le menu qui s'ouvre.

Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 1

Publié le 26 Février 2016

Affronter la peur de l'inconnu
est le deuxième grand thème de notre troisième module.
Nous vous proposons ici un texte issu d'une discussion

de Jiddu Krishnamurti.

 

"Ayant peur de la mort, nous allons voir des médecins, nous essayons de nouveaux médicaments, de nouvelles drogues, et il se peut que, ce faisant, nous vivions vingt ou trente ans de plus. Mais elle est là, inévitablement, elle nous attend au tournant. Et affronter ce fait - l'affronter, pas simplement y penser - réclame un esprit qui soit mort au passé, un esprit qui soit en fait dans l'état de ne pas savoir. Dès l'instant ou vous pensez en termes d'espoir et de désespoir, vous êtes de nouveau dans le domaine du temps, de la peur. Passer par cette expérience très étrange de mourir, non au moment ultime de la mort physique quand on devient inconscient, que l'esprit est embrumé, rendu stupide par la maladie, les médicaments ou un accident, mais mourir en pleine conscience à tout les « hier », avec toute sa vitalité et en pleine conscience : cela crée certainement un esprit qui est dans l'état de non savoir, et de ce fait un état de méditation.

Si on vous pose une question à propos de laquelle vous ne savez rien du tout, de sorte que vous n'avez pas de références en mémoire, et si vous êtes capable de répondre honnêtement que vous ne savez pas, alors, cet état de ne pas savoir est le premier pas d'une recherche réelle dans le domaine de l'inconnu.

Par conséquent, si je vois la vérité de cela et si je mets vraiment de côté toutes les réponses, ce que je ne peux faire que quand il y a l'immense humilité de ne pas savoir, alors, quel est l'état de l'esprit ? Quel est l'état de l'esprit qui dit « je ne sais pas s'il existe un Dieu, s'il existe l'amour ». C'est-à-dire, quand il n'y a pas de réaction de la mémoire . Cet état dans lequel l'esprit dit « Je ne sais pas » n'est pas un état de négation. L'esprit a totalement cessé de chercher, il a cessé tout mouvement, car il voit que tout mouvement visant à sortir du connu pour aller vers ce qu'on appelle l'inconnu n'est qu'une projection à partir du connu. Donc l'état de l'esprit qui est capable de dire « je ne sais pas » est le seul état dans lequel on puisse découvrir quelque chose . L'homme qui dit « Je sais », dont l'esprit est chargé d'informations avec des connaissances encyclopédiques peut-il jamais faire l'expérience de quelque chose qui ne doit pas être accumulé ? Il trouvera cela extrêmement dur. Quand l'esprit met totalement de coté toutes les connaissances qu'il a acquises, quand pour lui il n'y a pas de Bouddha, pas de Christ, pas de maître, pas d'enseignant, pas de religion, pas de citation, quand l'esprit est complètement seul, non contaminé, ce qui veut dire que le mouvement du connu a cessé, c'est alors seulement qu'il y a la possibilité d'un changement fondamental et d'une prodigieuse révolution."

Extrait d'une Causerie à Ojai, le 29 mai 1960 - Jiddu Krishnamurti.
 

Lire la suite

Rédigé par Elodie et Brice

Repost 0